Comment utiliser de vieilles planches de bois récupérées pour fabriquer un meuble en bois design et sur-mesure.

mon atelier partagé menuiserie Lyon bibliothèque étagère.jpg

Maximilien est utilisateur de notre menuiserie collaborative depuis quelques semaines. Il a appris à utiliser en sécurité nos machines-outils et peut travailler en toute autonomie au sein de l’atelier.

Grace à l’accompagnement  ponctuel de notre menuisier, il a pu envisager de fabriquer une étagère originale et tendance pour tirer le meilleur parti de planches en chêne massif récupérées gratuitement, dans le Poitou.

Ces planches de récup’ étaient en mauvais états, très noueuses et trouées. Plutôt que d’en faire du bois de chauffage, il en a fait une étagère-bibliothèque.

Ces vieilles planches étaient d’une épaisseur suffisante (27 mm) pour être travaillées à la dégau-rabot. Les rainures ont été réalisées à la défonceuse Makita et  pour assurer la solidité de l’ensemble, certaines planches ont été ensuite assemblées avec la Domino Festool.

planche de chêne récupérée mon atelier partagé menuiserie lyon

Grace à ce travail d’usinage, à l’accompagnement de notre menuisier,  Maximilien a pu sublimer les « défauts » de ses vieilles planches. Il a ainsi créé une bibliothèque naturelle et unique pour ses bandes dessinées qui occupe très peu de place, installe un esprit forêt et transforme  sa mezzanine en un espace cocooning très naturel.

Pour accentuer au maximum l’esprit  authentique du chêne et mettre en valeur le graphisme du bois, Maximilien a décidé de conserver l’aubier sur les tranches visibles. Cette étagère-bibliothèque, posée sur fond blanc donne à ce coin un peu oublié de la mezzanine un côté cabane qui ravira les petits et les grands lecteurs.

La finition huilée, de marque Blanchon, préserve l’aspect naturel du bois et met en valeur toute la richesse et le relief du veinage du bois et de ses « défauts ».

étagère bois brut mon atelier partagé menuiserie lyon

Cette finition bénéficie, par ailleurs, de nombreux avantages : de mise en œuvre facile, elle ne forme pas de film, garde intact sa fonction hydrofuge et, ce qui est dans l’air du temps, elle est respectueuse de l’environnement. Dans le même esprit, nous avons utilisé une colle sans solvant.

Pour réaliser cette pièce à Mon Atelier Partager, il vous faudra utiliser : la scie à format, la dégau-rabot Felder, la ponceuse festool, l’huile Environnement Blanchon.

 

Prix de l’ensemble : 178€

Initiation à la scie et à la dégau-rabot : 2 x 18€

Bois : chêne massif : gratuit

Heures d’atelier en autonomie : 8h =62€

Heures d’accompagnement avec notre menuisier : 4h30 = 63€

Huile et consommables : Huile 50cl + 5 dominos  +  = 17€

 

Comment fabriquer soi-même une table de ferme en bois massif

Vous êtes nombreux à souhaiter retrouver le charme des grandes tables familiales d’antan. Voici trois exemples de ce que nos utilisateurs amateurs ont fabriqué à l’atelier avec (ou sans ) l’aide de notre menuisier-accompagnateur.

Votre table de salle à manger pourra être en bois de récupération, en bois vintage, en bois de pays : chêne, hêtre, érable massif, ou pour aller en extérieur, en bois de palette ou de coffrage.

Le plateau de table pourra également être traversé d’une rivière époxy.

Si vous choisissez de poser des pieds en métal, nous vous orienterons vers nos partenaires : ils  vous fabriqueront des pieds sur-mesure. Vous pourrez donner ainsi un aspect industriel à votre table.

Nous vous accompagnerons pour choisir votre bois, pour élaborer votre plan et bien sûr pour utiliser nos outils électroportatifs et nos machines-outils.

Construire votre propre table dans l’essence de bois de votre choix, et selon vos goûts nécessitera quelques heures d’atelier, l’accompagnement de notre menuisier diplômé et de l’huile de coude.

Voici trois exemples chiffrés de tables en bois massif fabriquées par nos utilisateurs via Mon Atelier Partagé.

La table d’extérieur en bastaing de Géraldine et Nicolas : 812€ ttc

-BOIS : bastaing récupérés gratuitement (mais très abîmes)

-Mon Atelier Partagé : 30h d’atelier (240€) +initiation scie + initiation dégau-rabot (30€) + initiation lamello (8€) accompagnement 4h (56€) +divers consommables (28€)

-Pieds métal fabriqués sur –mesure : 450€

prix hors finition

 

La table de salle à manger en chêne massif de Maximilien : total TTC : 704€ ttc

BOIS : Chêne massif + consommables : 261€

Mon Atelier partagé : 15h d’atelier  (120€ ) +initiation scie + initiation dégau-rabot (30€)+ initiation domino (8€) + accompagnement avec notre menuisier 7h30 (105€)

Pied Métal sur mesure : 180€

prix hors finition

 

La table en Érable (plateau) et chêne (pieds) massif et rivière Epoxy de Rémy : 803 ttc

BOIS : Plateau et pieds en massif +divers consommables: 279€

Mon Atelier partagé : 25h d’atelier pour la partie bois (200€) +initiation scie + initiation dégau-rabot (30€)+ accompagnement 0€ +initiation lamello (8€)

Epoxy : 10h d’atelier  (80€) + matière chez Résine et Moulage (206€)

prix hors finition

 

Storytelling : Naissance et Développement de Mon Atelier Partagé

Préambule : Cette storytelling raconte les premiers pas de notre espace partagé de menuiserie. Elle parle de ses utilisateurs et met en évidence la nécessité de passer du stade de laboratoire à auxiliaire  incontournable des artisans et de leurs partenaires privés et publics.

I-La rencontre 

Une histoire qui s’écrit dans un lieu bienveillant, après une épreuve entrepreneuriale commune et qui met en avant des valeurs d’entraide, de professionnalisme et de durabilité.

Le lieu bienveillant :

la tour Oxygène de Lyon où se déroulent les comités de pilotage de l’association 60 000 Rebonds ;

L’épreuve similaire :

le dépôt de bilan en 2016 des entreprises Zébranos et ToutBois, deux menuiseries lyonnaises ;

Les valeurs :

la valorisation et la transmission des savoir-faire de nos métiers du bois auprès des « artipreneur » ;

Petit retour en arrière : où il est question de menuiserie, d’escroquerie, de faillites, de stress et de cigarettes.

pierre1.PNG
cat1.PNG

II-Flash-back : 2016 - le tournant professionnel

Au sein de leurs menuiseries respectives, Catherine et Pierre expérimentent, en tant que dirigeants, toutes les joies et les difficultés qu’il y a à piloter une entreprise. La menuiserie d’excellence est un environnement très mouvant, et nos deux dirigeants ont eu à gérer créativité et production avec rigueur, car la concurrence et l’exigence sont partout. Tous deux ont une vision très claire, très affutée des valeurs entrepreneuriales.

Pour Catherine, le « grain de sable » viendra d’un promoteur megevan, ayant pignon sur rue, adepte des montages financiers internationaux et véreux. Il organisera sa faillite personnelle pour échapper à sa condamnation.

Pour Pierre, «l’empêcheur de tourner en rond » est un cocktail bien connu des chefs d’entreprise : stress, surcharge de travail, horaires à rallonge, cigarettes ...un jour le corps lâche.

60000r.PNG
pie3.PNG
cath4.PNG

Catherine lance en Janvier 2017 Mon Atelier Partagé   et

expérimente la mutualisation de son espace équipé auprès des

micro-entreprises des métiers du bois.

                 Pierre viendra mettre son grain de sel en 2018

Une année n’a pas été de trop pour mettre en place les contours de

 ce lieu atypique.

Capture1.PNG

Ni Fablab numérique : nul outil technologique ou numérique : c’est juste un atelier de menuiserie  traditionnel

Ni Tiers-lieu : l’atelier n’a pas vocation à être détourné de son usage

Ni Incubateur : le projet entrepreneurial est pris en compte mais c’est par le « métier » et le diplôme que l’on devient  utilisateur

Ni pépinière : aucun local dédié au sein de cet atelier, mais un usage nomade en fonction des besoins

Ni Coworking au sens tertiaire du terme : certes, on partage des établis, des outils, des espaces communs et oui, la collaboration y est prépondérante, mais  il n’y a pas d’abonnement au mois, ni caution annuelle.

 

Mon Atelier Partagé est un peu tout ça à la fois.

Le définir, c’est définir le profil des professionnels qui l’utilisent :

-femmes et hommes, ayant un projet entrepreneurial, issus de la reconversion ou tout juste diplômés qui cherchent à se lancer, souvent seuls dans leur structure de micro-entreprise ou TPE. Pour eux l’urgence est de limiter les charges fixes.

-à court terme, ces « nomades » ne souhaitent donc pas investir dans un local privé financé par l’emprunt : ils veulent rester mobiles, pouvoir gérer leur temps et s’autoriser à quitter l’artisanat si besoin.

LE CHOIX DE NOTRE ATELIER : les utilisateurs viennent profiter de  souplesse de la structure : l’atelier se caractérise par la flexibilité de ses services : on y vient quand on en a besoin, on ne paye que ce que l’on consomme. Avant l’ouverture de l’atelier, ces professionnels se débrouillaient autrement : travaillant dans un garage, une cave ou directement au domicile du client.

A voir ce profil d’utilisateurs, on entend souvent dire qu’un auto-entrepreneur n’est pas un dirigeant d’entreprise comme les autres. Les économistes estiment que cette population est trop mouvante et dispersée pour faire une bonne cible économique.

 C’est oublier que si l’on ne naît pas chef d’entreprise, on le devient…et vite. Celui qui n’évolue pas, qui n’anticipe pas, ni ne maîtrise les données économiques changeantes, va dans le mur. Pierre et moi l’avons maintes fois expérimenté et c’est ce que nous souhaitons transmettre : l’auto-entrepreneur doit rester agile et réactif,  et garder à l’esprit qu’il lui faudra se transformer.

C’est sur cet aspect majeur de la posture de l’artisan que veut s’orienter Mon Atelier Partagé. La Chambre des Métiers parle « artipreneurs » et nous partageons pleinement cette vision.

cap2.PNG

Après quelques mois de présence, les questions de nos utilisateurs ne se limitent plus à :

« Comment vais-je fabriquer, dans quelles conditions de sécurité, à quel prix, chez qui prendre mon bois, ma quincaillerie…. »

Désormais, notre équipe est confrontée à des demandes de partages d’expériences et des questionnements économiques : «  Suis-je rentable, comment valoriser mon prix de vente, gérer un conflit client, comment me développer, gagner en compétence et en rentabilité…etc »

L’atelier a vocation à devenir un point d’ancrage, un ferment de stabilité, avec en retour, de très fortes attentes à son égard.

 

Répondre à ces attentes implique de:

-Créer une structure exemplaire qui permet à l’artisan le passage de la sémantique « Métier » à la dimension Entreprise.

-Transmettre et partager des valeurs d’entreprise : le professionnel a des devoirs de qualité envers ses clients : il est primordial de favoriser cette recherche de qualité par un environnement favorable et serein.

-Changer la façon de produire : produire en étant moins isolé, produire en bénéficiant d’infrastructures de qualité, maintenir un haut niveau de compétence et favoriser le développement économique.

-Intégrer les changements liés à la relation clients-entreprises en proposant de mutualiser la communication, l’événementiel, un show-room vivant, de la domiciliation et du service comptable.

- Accompagner la transformation de l’entreprise pour celles et ceux qui veulent, non seulement dégager des profits, mais aussi accepter de porter une responsabilité sociale et environnementale, sur le modèle des entreprises à missions.

 

Une nouvelle réalité s’est donc imposée : Pour Catherine et Pierre, il devient évident de créer un nouvel atelier pour les professionnels. Proposer un lieu de fabrication était nécessaire : en augmenter la portée dans le domaine des services, du marketing, du professionnalisme est désormais incontournable.

IV-Mon Atelier Partagé 2017-2018   

 

Deux années d’expérience,

48 artisans utilisateurs,

104 utilisateurs particuliers

11 reconversions professionnelles en cours,

8 jardins partagés (qui récupèrent nos copeaux)

            1 fondation, 1 PRE, 1 école, 1 association…etc

                      

Et aussi : de la mixité, de la bienveillance, des rires, de l’entraide et des ateliers partagés partout en France.

 

Quelles leçons tirons-nous de ces deux années ? Quelle vision avons-nous ?

Pierre : en France, contrairement à d’autres pays, les métiers manuels sont encore des voies de formations par défaut, principalement par manque de considération quant aux perspectives de salaire et de pénibilité.

Les métiers évoluent et les prospectives d’avenir promettent que nombre des métiers de demain n’existent pas encore.

L’avenir passe par la revalorisation des métiers manuels car ces métiers auront toujours leur place dans notre quotidien et la recherche de l’excellence aidera à reconsidérer nos aprioris. Il sera important de créer des ponts avec toutes les structures –écoles, métropoles, éco-citoyens, associations, qui associent le partage, les savoir-faire, la transition écologique.

Catherine: le nombre d’auto-entrepreneurs et de personnes en reconversion est en constante augmentation. Or les statuts de début d’activité, fiscalement intéressant et facile à mettre en place, ne permettent pas de financer les investissements nécessaires à la mise en place d’un atelier. L’avenir de ces futurs artisans passe par un effet « pépinière + coworking » qui permet d’éviter la prise de risques inutiles. Notre lieu permet à chacun de tester son modèle économique et trouver son rythme de croisière.

b.PNG

Mutualiser les services, apporter de la visibilité, favoriser le développement durable et donner du sens : voilà la mission que nous nous sommes donnés. Cela correspond non seulement à l’état d’esprit des nouveaux artipreneurs, mais également à la volonté de leurs clients.

V-Et les particuliers ?

Le secteur du bricolage se porte bien, avec des ventes en hausse de 1,9% par rapport à l'an passé (Source France 2- juin 2018). Les grandes enseignes ne s’y sont pas trompées, elles multiplient les offres de conseils et cherchent à imiter les fab-lab (Voir enseigne Leroy-Merlin).

Catherine : De par mon parcours atypique, je comprends que l’on souhaite passer du « bricolage » à une forme de professionnalisme. Apprendre à travailler le bois, dans le respect des règles l’art, est une demande récurrente des particuliers qui découvrent l’existence de Mon Atelier Partagé. Grace à la mise en place de règles de sécurité strictes et au travers d’offres d’encadrements adaptées au niveau de chacun, nous avons pu ouvrir l’atelier aux néophytes… Côtoyer des professionnels, les voir travailler permet à ces « bricoleurs » de remettre en perspective : la valeur du diplôme, celle de l’expérience, et le prix des objets.

Pierre : La mixité, voulue et organisée au sein de Mon Atelier Partagé, se révèle avantageuse tant pour les professionnels que pour les particuliers. Nos établis, nos machines-outils sont implantés comme dans un véritable atelier de menuiserie, le particulier est donc en immersion complète dans un milieu de type professionnel : le bruit, la poussière, l’odeur du bois et les dangers y sont constants. Voir des professionnels au travail est une source d’émerveillement pour nos amateurs. Quant aux professionnels, nous leur demandons d’être à l’écoute et d’échanger, au moins sur les temps de pause et de déjeuner, ils apprennent ainsi énormément des attentes du publics : des produits durables, de fabrications françaises, issus de forets locales…Grace à ces échanges, beaucoup de jeunes artisans trouvent des arguments pour défendre leur métier et leurs prix de fabrication.

jj.jpg

Ces lieux de fabrication  sont à considérer comme les laboratoires des nouvelles formes de travail.

La location d’espaces marque l’avènement de l’ère du partage et de l’économie collaborative, considérés, non plus comme des utopies, mais comme le signe d’une transition qui intègre la cohésion sociale.

VII-Que fait-on en 2019 ? : la même chose, mais en plus grand

Deux années pleines permettent de tirer les leçons du concept de partage d’espaces en menuiserie. Mon Atelier Partagé a trouvé son public. Le seuil de rentabilité  a été  atteint en juillet 2018.

Il importe désormais d’élargir notre cible, accroître notre capacité d’accueil et de générer des bénéfices constants et de confirmer un modèle économique naissant.

dd.PNG
ff.PNG
gg.PNG

L’implantation : Le choix du lieu d’implantation est stratégique, car il doit convenir aux professionnels et à leurs fournisseurs de bois, ainsi qu’aux particuliers et tous n’ont pas forcément un véhicule …La mobilité est un enjeu majeur, ceux qui se déplacent en voiture doivent pouvoir limiter leurs temps de trajet, et stationner facilement, ceux qui font le choix du “sans-voiture” doivent profiter du réseau TCL.

La zone du Carré de Soie, à Vaulx-en-Velin serait, de ce point de vu, un choix pertinent.

lo.PNG
logg.PNG

  Catherine Fortier monatelierpartage@gmail.com 06 22 29 91 01                         janvier 2019 Pierre Molinaroli pierremolinaroli@gmail.com     06 75 66 75 28                      janvier 2019

Créations de nos utilisateurs

MAP acronyme de Mon Atelier Partagé, c’est aussi :

M comme menuiserie car le travail du bois est au cœur de vos projets,

A comme accompagnement : nous apportons notre expertise pour que vous alliez au bout de votre fabrication,

P comme particuliers et professionnels : que vous soyez diplômé ou simple amateur, nous vous accueillons au sein de notre atelier.

Chaque projet est différent, chacun vient avec sa motivation, ses aptitudes et ses connaissances… Retrouvez le plaisir d’imaginer, d’apprendre et de faire…Nous nous chargeons du reste !

Retrouvez-ci dessous la fabrication d’une malle arrière pour une voiture Ford ancienne

Géraldine et Nicolas : fabrication d'un plan de travail

Géraldine et Nicolas se sont vus offrir un bon cadeau : l'idée est de travailler ensemble sur des projets d'aménagement de leur maison. Leur première réalisation consiste à fabriquer un plan de travail à partir de planches de chêne récupérées.

 

Une fabrication menée de main de maître par Samuel : des bancs-brouettes

C'est l'histoire d'un garçon, architecte-menuisier de métier qui a une idée géniale pour faciliter la vie des serveuses et des serveurs quand il faut installer une terrasse.

Cette histoire c'est la fabrication de bancs- brouettes 

BANCS parce qu'on peux s’asseoir dessus et BROUETTES parce qu'ils se déplacent comme telles !!

Donc voici l'histoire en images et en quelques mots de la fabrication ...

Actes 1 : du bois exotique : pour supporter le froid, la pluie, le soleil

lames d'ipé bois exotique
LAMES D'IPÉ MASSIF  FABRICATION DE BANC MON ATELIER PARTAGÉ.JPG

Acte 2 : La passage aux machines-outils : scie à format, dégau-rabot, toupie

scie à format.jpg
samuel utilise la toupie.jpg

Acte 3 : Façonnage des pièces à la défonceuse , attention copeaux en quantité

Fabrication de bancs en Ipé Mon atelier partagé-Corbas.JPG
Sam Fabrication de bancs en Ipé à Mon atelier partagé -Corbas.JPG

Acte 4 : assemblage, perçage, vissage  , la structure du banc prend forme !

fab5.jpg
perçage bancs.JPG

Acte 5 :  le secret de Sam ....la roue (un grand pas pour l'évolution du banc)

rondelle boulon et  tige filetée.jpg

Acte 6 : Positionnement de la roue et test ....est-ce que la roue tourne ?

roue banc3.jpg
banc brouette.jpg

ENFIN : ils sont faits : en simple , en double, en ligne....en terrasse !

dos à dos.JPG
double bancs 1.JPG
samuel fabrication de bancs en Ipé mon atelier partagé4.jpg

Pour finir : les photos que l'on ne devrait pas montrer (et une demande toute particulière : et si on se cotisait pour offrir un nouveau sweet-shirt à Sam, et aussi un peigne à barbe !!)

Le Bon Cadeau : une formule idéale pour faire plaisir aux bricoleuses et bricoleurs

Quand on a la chance d'avoir un bricoleur à la maison, offrir un outil électroportatif ou un coffret d'accessoires, est bien tentant.

Mais a-t-on la place pour stocker ce nouvel objet, va-t-il vraiment servir , a-t-on fait le bon choix ?

Si la caisse à outils est déjà bien garnie....Pourquoi ne pas offrir un cours ?

Quand on n'est pas soi-même bricoleur, difficile de trouver la bonne formule.

Le BON CADEAU personnalisable que j'ai imaginé permet au bénéficiaire de choisir  lui-même ses prestations pour lui permettre de travailler le bois, dans un lieu équipé, convivial et sécurisé !

                               Ce bon valide :

 - une adhésion  annuelle  (valable 1 an, de date à date au jour de l'inscription).

A l'adhérent(e) de choisir ensuite librement de moduler ses prestations en "piochant" dans le reste de sa cagnotte pour acquérir :

 - Des heures de location d’atelier en accès libre,  (incluant l’accès aux outil  à main et électroportatifs et 1 établi) ;

-  Des initiations à l’utilisation des machines-outils professionnelles (scie à format, toupie,   scie à ruban, perceuse à charnière, tour à bois…) ;

Des cours d’initiation aux techniques de base de la menuiserie/ébénisterie ou de tournage sur bois (fabrication d’un objet en bois massif)

- Des cours de Fabrication Assistée autour d’un projet personnel.

 

Lors de la première visite de l'atelier, Il est fréquent de voir le cerveau d'un futur adhérent se mettre à cogiter : notre bricoleur se projette très vite dans ses futures réalisations !!!

La validité d'un an du bon cadeau démarre réellement au jour de l' inscription, ce qui laisse tout le temps au bénéficiaire de réfléchir à ses besoins.

Je vous reçois à l’atelier du lundi au vendredi de 8:30 à 17:00,  certains  soirs de 18h  à 20h30…..et le samedi matin et/ou après-midi sur réservation. Le planning est visible sur l'agenda (accès direct via google agenda ou via le site)

Pour la 1ère visite : pensez à réserver afin que je puisse consacrer le temps nécessaire à aux questions, souvent très nombreuses autour des prestations de Mon Atelier Partagé.

A bientot !

Catherine 

06 22 29 91 01  et monatelierpartage@gmail.com

 

J'accueille, tu fabriques, vous assemblez...un atelier pour créer !

Merci à chacun de rendre cet espace d'atelier en coworking aussi vivant !  Pêle-mêle des dernières fabrications :

Samuel : des modules en médium pour une bibliothèque.

Romain: un lit cabane en lamellé-collé

Simon : un meuble-casier à bouteilles en lamellé chêne

Ourida : des plans de travail et table en chêne massif

Colin : des estrades modulables en CP pour le Crous de Lyon

 

S'essayer à l'ébénisterie et s'initier à la marqueterie

Mon Atelier Partagé vous propose un parcours autour de l’ébénisterie, la menuiserie et la marqueterie.

Vous fabriquerez* en merisier massif, issu des circuits courts des forêts françaises, un lutrin ou une table basse et son tiroir. Ces meubles bénéficient d'une finition huilée écologique non polluante.

Les techniques de fabrication abordées permettent tant aux débutants, qu’aux plus aguerris, de réaliser, avec l’aide de Didier, notre ébéniste encadrant, l’intégralité des assemblages et finitions.

Le lutrin : durée du cours 10 h réparties sur 6 séances de 1h45, les mercredis de 17h45 à 19h30.                     Prix de l'ensemble  : cours 290€ +bois 25€  

La table et son filet de marqueterie : durée 20h réparties sur 5 séances de 4h,  les samedis de 14h00 à 18h00. Hauteur 550mm,  Plateau 700 x 500 mm.                                                                                                Prix de l’ensemble : cours 580€ +  bois 110€.

(Il n’est pas nécessaire d’être adhérent de Mon Atelier Partagé pour s’inscrire).

1- Présentation de l’atelier et inscription- Historique rapide de la corporation Ebénisterie et Menuiserie en meuble. Lire un plan, réaliser un plan sur règle.

2- Débit du bois- Tenons et mortaises.

3-Chantournage des pieds. Traçage et réalisation des queues d’aronde. Coupe d’onglet. Rainure-languette

4-Assemblage à blanc-Rainurage pour les filets de marqueterie-Affleurage

5-Ponçage-Huile d’imprégnation

6-Emporter et montrer fièrement à son entourage ce ravissant meuble !!!

* Pour des raisons de sécurité, les opérations sur les machines-outils sont effectuées avant les cours par le professionnel. Les participants peuvent être initiés au maniement des machines-outils lors de cours dédiés, en dehors du programme de fabrication du meuble.

 

Les "café de l'artisanat" réunion d'information sur le thème des locaux professionnels

L'immobilier : tout est dans le partage !

 

Vous êtes micro-entrepreneur, créateur ou artisan en développement ?
Vous avez un projet immobilier, vous recherchez un nouvel atelier ou de nouvelles offres immobilières adaptés à vos besoins ?

Venez partager vos problématiques, vos projets et échanger sur les solutions proposées sur le territoire de la Métropole. Venez rencontrer des acteurs pouvant vous accompagner dans vos démarches de recherche et la finalisation de vos projets.

http://www.cma-lyon.fr/agenda/limmobilier-tout-est-dans-le-partage

Au programme (8h00 à 9:30):

Accueil café

Immobilier artisanal : quelles offres pour les entreprises artisanales dans le secteur du bois

Présentation de nouvelles offres : Atelier urbain, Mon atelier partagé, Mon petit entrepôt, La Cordée…

 

Matthieu BROUSSE 
Chargé de Développement Economique
Tél : 04 72 43 40 90  |  m.brousse@cma-lyon.fr 

Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Rhône
58, avenue Maréchal Foch - 69453 LYON Cedex 06

Site Internet  |  Facebook  |  Twitter  |  Application mobile 

Création de cache-pots en bois de palette

Aujourd'hui j'ai décidé de fabriquer des cache-pots en lames de palettes. Le modèle a été trouvé sur Pinterest. Il a fallu démonter plusieurs palettes et ne garder que les planchettes.

Une fois cette longue opération accomplie, j'ai réalisé une épure sur une grande planche. En effet, le cache-pot est évasé et nécessite des coupes de biais.

La "sauterelle" ou rapporteur d'angle sera bien utile pour régler la scie et obtenir ces angles.

Une fois les réglages de la scie à onglet effectués, chaque planche est redécoupée aux cotes.

Grâce à l'épure, les pièces sont placées, puis assemblées au cloueur pneumatique.

Des renforts seront visés à l'intérieur.  Pour créer un fond stable, et laisser néanmoins passer l'eau, des triangles  sont également visés comme renforts. Ils permettent de réaliser l'équerrage de l'ensemble.

Deux cache-pots ont été réalisés , l'un de 70 cm de haut par 60 cm de large et un plus petit de 50 x 50 cm.

Maintenant, à vous de réaliser ces pièces, en groupe, entre amis, autour de nos établis et avec mon aide si besoin!

 

Fabrication d'un meuble en latté hêtre par Agnès grâce aux cours de menuiserie

Agnès s'est lancée dans la fabrication d'un petit meuble sur-mesure. En participant aux cours de menuiserie, et assistée par notre formateur, cette adhérente a pu réaliser elle-même toutes les étapes de la fabrication. Pour être parfaitement autonome, Agnès s'est initiée au maniement de la scie à format, de la toupie, de l'affleureuse et de la lamelleuse.

Le bois choisi pour cette réalisation est du latté hêtre, épaisseur 19mm, acheté via notre fournisseur de bois et livré directement à l'atelier de Corbas.

Très attentive aux conseils de Pierre, Agnès a effectué son débit, ses montages "à blanc", le ponçage des pièces et le collage.

Pour les tiroirs, Agnès a choisi une bande de chant à fixer au fer à repasser puis a procéder à l'affleurage. 

Pour cette 1ère réalisation, le choix s'est porté sur des coupes droites et un assemblage aux "lamello". Les pieds ont été réalisés à partir d'un gabarit pour obtenir, après passage à la toupie, des pieds dits "gainés".

Bravo Agnès !!

Merci pour tes rires, le gâteau au chocolat, les tartelettes aux framboises et toute la bonne humeur partagée !

Catherine

Colin Renault : Rénovation d'un portail en bois exotique

Colin s'attaque à un portail en bois exotique bien abîmé : le cadre et les lames de bois ont subi les assauts du temps.

un portail abîmé par les assauts du temps

Sur le cadre d'origine, commence un  long travail de démontage, ponçage, rabotage. Vient ensuite la modification du cadre avec le remplacement des parties trop pourries pour être rénovées. (Travail à la toupie pour rainurer les pièces de bois exotique à ajouter).

La pose de nouvelles lattes en bois composite, choisies par le client, épouse au millimètre près les formes courbe du portail.

Un belle finition en lasure "chêne moyen" , appliquée sur le bois massif et les parties restaurées vient redonner tout son éclat à la structure d'origine.

Colin a démonté les ferrures et les clous : un rude brossage s'impose  !

L'application d'une peinture adaptée dite "noire ferronnerie", redonne du lustre à ces pièces et permet à l'ouvrage de retrouver son aspect authentique.

Voilà un  portail prêt à affronter les 20 prochaines années !

Merci à Colin Renault, artisan menuisier et adhérent de Mon Atelier Partagé.

 

 

Agence France Entrepreneur

http://sintorin.com/feed-items/mon-atelier-partage-une-autre-idee-de-la-menuiserie/

 "Mon atelier partagé", une autre idée de la menuiserie

Nouvelles idées, nouvelles tendances

"Mon atelier partagé", une autre idée de la menuiserie - 21/02/17

 

Catherine Fortier a créé Mon atelier partagé, une menuiserie collaborative, à Corbas, près de Lyon. L'atelier met à disposition des établis et machines professionnelles, à destination des particuliers (qui peuvent bénéficier de formations) et des professionnels, quel que soit leur régime juridique. Catherine Fortier souhaite ouvrir l'atelier à des personnes à mobilité réduite et handicapées.

Source : Article du Progrès – 17/02/2017

Nouvelles idées, nouvelles tendances

"Mon atelier partagé", une autre idée de la menuiserie - 21/02/17

 

 

Focus sur l'anthropologue ABDU GNABA et son nouveau livre !

Bricole-moi un mouton. Voyage d’un anthropologue au pays des bricoleurs

1 Depuis cinquante ans, l’essor du bricolage est constant en France, quelle que soit la conjoncture économique, en dépit de l’augmentation du pouvoir d’achat et même si faire soi-même peut revenir plus cher qu’acheter à bas coût. Si l’intérêt économique passe au second plan, quelles sont les raisons qui poussent toujours davantage de personnes à bricoler ? Pourquoi réparer plutôt qu’acheter neuf, faire soi-même plutôt que faire appel à un professionnel ? Telles sont les questions auxquelles le laboratoire d’anthropologie appliquée Sociolab a voulu répondre en menant en 2015 une étude sur les Français et le bricolage. 750 témoignages ont été recueillis suite à une enquête préliminaire sur un échantillon plus restreint. Abdu Gnaba retrace dans cet ouvrage les principaux résultats de cette enquête. Thématique après thématique (l’apprentissage, les rituels, l’outil...) il entraîne le lecteur dans son voyage à la rencontre des bricoleurs, de leurs pratiques mais également et surtout des significations et des symboles associés à cette activité, considérée par l’INSEE comme un « semi-loisir » et par l’auteur comme un art de vivre permettant d’être pleinement présent au monde. Rappelant sous certains aspects les Mythologies de Roland Barthes, il met en lumière les imaginaires et la dimension presque sacrée conférée à la bricole.

  • 1 La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition écologique pour la croissance verte déf (...)

2 Après avoir constaté que le bricolage concerne davantage les hommes que les femmes – même si les choses changent chez les plus jeunes – et le fait que l’on s’y initie le plus souvent soit dans le cadre familial soit en autodidacte, Abdu Gnaba met en lumière ce qui constitue, au-delà de la diversité des profils, l’armature de la figure du bricoleur. Se distinguant du professionnel à la fois par son champ d’action (l’espace privé), son absence de rémunération en règle générale, son implication émotionnelle ainsi que son mode de fonctionnement, fondé sur le principe « essai-erreur » (p. 186) par opposition à l’expertise de l’artisan, le bricoleur détient en quelque sorte le pouvoir de lutter contre la mort des choses. Qu’il permette de résister à l’obsolescence programmée1 des biens matériels ou de redonner vie à un vieil objet à valeur sentimentale, le bricolage sous-tend une dimension symbolique forte : celle de la résurrection. Abdu Gnaba montre que le fait de réparer ou de créer soi-même – notamment à partir de matériaux de récupération – peut s’inscrire dans une démarche écologiste et/ou altermondialiste mais pas nécessairement : le bricoleur, doté de son bon sens et de ses outils, cherche avant tout à être acteur plutôt que spectateur passif, face à ce qu’il identifie comme un problème (un objet à réparer, une fuite à colmater, un espace à décorer...). « Si le bricolage est un pays, avec un territoire, une gestion du temps particulière, une philosophie du bon sens et une esthétique, il possède aussi une politique qui lui est propre [...] la notion d’autonomie » (p. 127).

  • 2 Voir Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, L (...)

3 Cette notion d’autonomie est centrale dans la thèse d’Abdu Gnaba. Dans une société qui tend à survaloriser l’intellectuel aux dépens du manuel2, qui segmente les tâches au risque d’en perdre parfois le sens, et qui encourage l’assimilation de réflexes ou d’automatismes, le bricoleur affirme son libre-arbitre : maître de son espace et de son temps – qui n’est plus celui de la productivité et des contraintes extérieures –, il peut s’affranchir des règles et expérimenter, improviser. Utilisant à la fois ses facultés cognitives et manuelles, il se reconnecte au tangible, vit pleinement l’instant présent et s’implique dans ce qu’il considère comme une mission ayant du sens. En cela il est, pour l’auteur, « un héros des temps modernes » qui réalise l’aspiration de l’ensemble des individus composant la société : « faire l’expérience du monde » (p. 207). L’engouement pour le bricolage, loin d’être motivé par des considérations purement économiques, s’expliquerait donc par le fait que ce loisir s’apparente à un art de vivre, en phase avec le besoin de reconnexion (entre la tête et le corps, le consommateur et le produit, l’homme et son milieu...) ressenti par nombre de nos contemporains.

  • 3 Christine Delphy, L’ennemi principal : Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, (...)
  • 4 Geneviève Pruvost, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre ge (...)

4 Si Abdu Gnaba s’interroge sur la notion de « bricoleur amateur » et sur ce qui distingue le bricoleur du professionnel, sa réflexion pourrait s’enrichir par les apports des féministes sur la question du travail domestique. Christine Delphy, notamment, a bien montré en quoi le travail, visible sur le marché, devient invisible dans la sphère familiale. Sous le terme de « production domestique », elle englobe l’ensemble des biens et services qui ont un équivalent marchand en dehors de la sphère domestique3. Le bricolage en fait partie, de même que le ménage ou l’éducation des enfants. Cette grille d’analyse permet à Christine Delphy de montrer que le travail domestique est bien un travail, même sans salaire ni contrat. La qualification des tâches comme « loisir », « semi-loisir » ou « travail », loin d’être anecdotique, conduit à l’invisibilisation d’un travail le plus souvent effectué par les femmes. Cette dimension n’est pas du tout évoquée par Abdu Gnaba, de même que les enjeux de genre, quasi inexistants dans son analyse. Le chapitre « La bricoleuse » passe rapidement sur les aspects politiques et énonce que le bricolage « ne fait que très peu l’objet de revendications féministes » (p. 161). Pourtant, des chantiers en non-mixité, comme à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes4, aux ateliers non mixtes de réparation de vélos, des initiatives se multiplient et invitent à se pencher davantage sur la question de la non-mixité et ses raisons.

5 Rendant un bel hommage aux bricoleurs et à leur passion en dévoilant l’imaginaire riche qui l’entoure, l’ouvrage d’Abdu Gnaba ne manquera pas de séduire toute personne s’intéressant aux significations et symboliques associées aux objets et aux pratiques manuelles. L’exploration de l’objet d’enquête, présentée comme un voyage, sur fond d’une narration ponctuée rehaussée de pointes d’humour et de références au Petit Prince de Saint-Exupéry, rend la lecture particulièrement rafraîchissante.

NOTES

1 La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition écologique pour la croissance verte définit l’obsolescence programmée comme « l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise, notamment par la conception du produit, à raccourcir délibérément la durée de vie ou d’utilisation potentielle de ce produit afin d’en augmenter le taux de remplacement » (art. L. 213-4-1.-I, section 2bis).

2 Voir Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Essais », 2016 [2010] ; note critique de Dominique Méda pour Lectures : https://lectures.revues.org/1351.

3 Christine Delphy, L’ennemi principal : Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, 1999.

4 Geneviève Pruvost, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste », Sociologie du travail, n° 57, 2015, p. 81-103.

L'homme qui a "planté" mon entreprise

Eric Arnoux, en qualité de gérant de plusieurs sociétés de promotion immobilière, a commandé à ma menuiserie des milliers d'euros de travaux. Financés par les banques, ces travaux étaient facturés mensuellement. Au début les factures sont honorées, puis, au fur et à mesure de l'avancement, du retard est pris dans le règlement.

Entre négociations, intimidations, promesses, le charismatique EA, vous entraîne toujours plus loin dans l'exécution des travaux, mais sans jamais véritablement tout solder . Et quand arrive la facture finale, le "reste dû" est pharaonique.

Pour l’anecdote : sur le chantier du chalet Savana, Monsieur Arnoux a réussi à se faire rembourser la TVA sur des factures non payées, soit le remboursement  de milliers d'euros, sur le dos des entreprises et de l'état.

Quand M.Arnoux se montre "bon prince" : il vous propose de se "refaire" avec le projet suivant : l'acompte du nouveau chantier est censé solder le précédent. Le tout au nez et à la barbe de la nouvelle banque.

Si l'entreprise refuse, ce qui fut mon cas, M.Arnoux, sa société, ses collaborateurs deviennent injoignables. Ce fut le cas de la SA Savana Investment qui, après quelques temps, changeait de gérant et de domiciliation, brouillant les pistes pour ceux qui souhaitaient le poursuivre.

sans faillir ,j'ai poursuivi la société SA Savana Investment : 5 ans de procès et, les tribunaux me donnant raison, l'espoir d'être remboursée. En vain. Aujourd’hui, de cette rencontre, il ne me reste que des dettes : la banque de ma menuiserie : le Crédit Agricole des Savoie me réclame 45 000 euros au titre de ma caution personnelle.

La condamnation de monsieur Eric Arnoux ne compense pas la perte de mon entreprise, le départ de mes salariés. Cette condamnation ne changera pas le regard des gens sur l'échec des entrepreneurs. Elle n'infléchira pas la décision du Crédit Agricole des Savoie qui envoie les huissiers  à ma porte.

Mais cette condamnation, relayée par un grand journal, peut enfin être un signal de justice et de préservation de nos entreprises.

 

http://www.lepoint.fr/societe/l-homme-qui-devait-200-millions-d-euros-02-04-2017-2116612_23.php

 

 

 

Parcours de découverte de la menuiserie et réalisation d'un objet en atelier

Fidèle à son principe de mettre la menuiserie à la portée de tous, Mon atelier partagé vous permet de vous initier aux bases tout en réalisant un objet de votre choix. Trois séances vous sont proposées, animées par Pierre, menuisier-ébéniste de formation.

 

Quand ?  Les jeudis 11-18 mai et mardi 30 mai,  de 16 :30 à 18 :00.

Inscriptions obligatoires au 06 22 29 91 01

 Tarif*

Cours individuel durée 4h30 : 125 € 
Cours Collectif durée 4h30(3 personnes minimum) : 70 € 
Inclus : accès aux établis, outillage à main et électroportatif.

 *Hors adhésion MAP, prix du bois en fonction de l’objet, possibilité de se former à une machine-outil en complément lors d’une formation dédiée.

 

1ere séance : Initiation à la menuiserie et ébénisterie et choix d’une réalisation personnelle ;

2eme séance : Etude des plans, débits, bois, en fonction des objets choisis et démarrage de la fabrication en atelier ;

3eme séance : Atelier : fabrication et finition selon avancement.

 

Déroulé de la séance 1

  •  Histoire de la menuiserie       -Meubles, Fermetures, Boiseries, Parquet, Charpente                                      Évocation de « l’art de la menuiserie » d’ André-Jacob Roubo

 

  • Le bois-Massifs et Reconstitués

                                                        -Indigènes et Exotiques

                                                        -Le débit, le séchage, l’utilisation, reconnaissance du bois

  • Choix de l’objet à fabriquer

                                                         -le plan, le dessin

                                                         -les coupes horizontales, transversales et longitudinales

                                                         -la feuille de débit

                                                         -les signes d’établissements

 

  •  Les usinages et assemblages

                                                      - les machines-outils

                                                      - les panneaux

                                                     - tenon-mortaise

                                                     - queues d’aronde

                                                     - tourillonnage

  • Les placages, frisages, décors, la marqueterie. Les finitions

 

placage.jpg

Les Initiations aux Machines-outils de Mon Atelier

Notre formateur, menuisier de métier, vous permet d’accéder aux machines-outils de Mon Atelier Partagé.

Une toupie est un équipement mécanique destiné à exécuter un usinage, ou autre tâche répétitive, avec une précision et une puissance adaptées. C'est un moyen de production destiné à maintenir un outil fixe, mobile, ou tournant, et à lui imprimer un mouvement afin d'usiner une pièce ou un ensemble fixé sur une table fixe.

La toupie est un incontournable de la menuiserie. Elle a souvent mauvaise réputation mais la présence de l'entaîneur sur cette machine est un gain indiscutable en terme de sécurité: l’entraîneur de toupie automatique sécurise les usinages à la toupie, en supprimant le risque de contact des mains avec les outils en rotation.

Pour les néophytes, rappelons le fonctionnement d'une toupie à bois : un moteur entraîne un arbre placé sur un axe vertical sur lequel on équipe des fers mais aussi des fraises ou un porte-outil. Pour tailler une pièce de bois, on la fait glisser sur une table située devant cet arbre. Elle est ensuite profilée ou calibrée suivant vos souhaits ! 

L’intérêt premier provient de la variété de ses accessoires, permettant une polyvalence extraordinaire dans tous vos travaux, de l’ébénisterie aux ouvrages de charpente.

lire aussi  l'article :http://www.l-atelier-bois.com/bien-savoir-utiliser-sa-toupie-premiere-partie/1095